Les pompes à chaleur règnent dans la maison

La pompe à chaleur équipe toujours plus d'une maison neuve sur deux. Un produit qui fournit le chauffage et l'eau chaude sanitaire.

La pompe à chaleur se taille toujours la part du lion dans la maison individuelle neuve. Ces appareils qui récupèrent les calories de l’air extérieur pour fournir le chauffage et l’eau chaude sanitaire équipent en effet plus d’une construction sur deux comme l’a rappelé l’Association française pour les pompes à chaleur (AFPAC) lors de la présentation ce matin de l’activité du secteur. Les ventes des pompes à chaleur air/eau ont progressé de 5% lors des huit premiers mois de l’année. Et celles des chauffe-eau thermodynamiques (CET) qui fournissent l’eau chaude ont bondi de 12%.

Le booster de la RT 2012. Ces produits bénéficient de la réglementation thermique actuelle, la RT 2012, qui impose depuis le 1er janvier 2013 l’utilisation d’une source d’énergie renouvelable dans les constructions qui sortent de terre. Une exigence réglementaire qui a propulsé la pompe à chaleur et le CET parmi les solutions les plus utilisées. Une technologie performante souvent utilisée quand les maisons ne disposent pas d’un accès au réseau de gaz nécessaire pour l’installation d’une chaudière gaz à condensation, un équipement souvent choisi car moins cher qu’une PAC.

Une pompe à chaleur triple service. Conséquente, cette part de marché de la PAC pourrait d’ailleurs augmenter dans les prochaines années. L’AFPAC compte en effet déposer un dossier de demande de titre V concernant la pompe à chaleur triple service, un appareil assurant le chauffage, l’eau chaude sanitaire et le rafraîchissement de la maison. Si ce type de produit existe déjà, il ne peut pas être pris en compte dans le moteur de calcul de la RT 2012 utilisé par les bureaux d’études thermiques (l'étude thermique étant nécessaire au permis de construire). Cette demande de dossier si elle est acceptée – les industriels devant fournir les preuves de la performance du produit – pourrait permettre d’utiliser la pompe à chaleur triple service vers 2019, voire 2020. A l’heure où le confort d’été prend une place croissante dans l’habitat neuf, le rafraîchissement apporté par cette technologie éviterait ainsi l’installation d’une climatisation et améliorerait la performance globale de la maison.

Pratique : un entretien indispensable
Contrairement à une chaudière gaz, l’entretien d’une pompe à chaleur n’est pas obligatoire. Pourtant il est essentiel comme le rappelle Roland Bouquet de l’AFPAC : « L’entretien régulier d’une pompe à chaleur permet de conserver un rendement optimal dans le temps ». Une préoccupation qui est loin d’être partagée par les propriétaires de ces appareils, seules 30 % des PAC installées seraient entretenues selon l’AFPAC. Pour inciter les particuliers à entretenir leur appareil, l’AFPAC vient d’éditer un guide. Ce dernier présente les principales technologies, les différentes tâches qui peuvent être effectuées par les particuliers et l’entretien qui doit être confié à un professionnel. Ces contrats qui coûtent en moyenne entre 150 et 170 € couvrent l’entretien annuel, l’intervention du technicien et le déplacement en cas de panne. Pour inciter les particuliers à faire appel à ces professionnels, un groupe de travail de l’AFPAC planche sur la création d’une appellation de qualité comme QualiPAC, qui garantit les compétences d’un installateur de PAC. Délivrée par l’organisme Qualit-Enr, cette appellation serait attribuée aux professionnels effectuant la maintenance. 

Publié par
© construiresamaison.com -