Les piscines passent au vert

2019 s’annonce comme une année record pour le marché de la piscine privée. Un engouement loin de se tarir selon la FPP qui œuvre à la mise en place d’une norme environnementale. Moins énergivores, les bassins nouvelle génération se targuent en effet d’une faible empreinte carbone.

Le scénario semble immuable. Cette année, comme chaque année depuis 2015, Gilles Mouchiroud, président de la FPP (Fédération des professionnels de la piscine), peut s’enorgueillir d’une nouvelle hausse des ventes de piscines privées sur l’Hexagone. Soit, sur 1 an, à fin juin 2019, une croissance de 10,5 % laissant présager une cuvée record. L’édition 2019 des Trophées de la Piscine et du Spa vient quant à elle illustrer les dernières tendances de ce marché en plein essor, placé sous le signe du développement durable. Adaptés aux espaces réduits et suréquipés, ces bassins nouvelle génération sont en effet moins gourmands en énergie.

Une nouvelle norme. Si la piscine basse consommation est déjà une réalité, les professionnels viennent de franchir un nouveau palier en initiant un grand projet visant à établir, à l'échelle européenne, la première norme environnementale du secteur*. Une avancée qui permettra aux consommateurs, d'ici 2023, de disposer d'informations claires et précises sur les performances environnementales liées au fonctionnement de chacun des équipements composant leur piscine. Ce groupe de travail a également lancé un autre grand chantier visant à optimiser le recyclage des matériaux, dans le cadre de la loi sur l'économie circulaire.

Faible empreinte carbone. « Aujourd'hui, l'empreinte carbone d'une piscine de 8 x 4 m est réduite à 250 kg de CO2 par an, soit moins d'un aller-retour Paris/Marseille en voiture », avance la FFP.  Ces dernières années, de nombreux progrès ont été réalisés sur la consommation d'énergie des piscines, tant en matière de puissance nécessaire à la filtration, que de chauffage ou d'éclairage. Par ailleurs, les professionnels proposent de nombreuses solutions pour diminuer l'utilisation des produits traitants, qui ne représentent à ce jour que 20 % du traitement de l'eau, puisque 80 % du travail résultent des opérations de filtration.

Une consommation d’eau à la baisse. Les piscines sont aussi moins gourmandes en eau. D’autant qu’une fois remplies, elles n’ont pas besoin d’être vidées chaque année. Dans l’hypothèse du renouvellement annuel d’un tiers du bassin explique la FFP, la consommation en eau d’une piscine familiale moyenne de 4 x 8 correspond à environ 15 m3/an. Cerise sur le gâteau, des équipements nouvelle génération permettent aussi de réduire les coûts d’entretien.

Toujours plus petites. Les maisons équipées de petits espaces extérieurs, même en lotissement, peuvent désormais avoir leur propre espace de baignade. La taille des piscines a en effet été divisée par deux en presque 30 ans. Un bassin fait aujourd’hui en moyenne 32 m2 (8 x 4) pour un 1,40 m de profondeur. En 2025, prophétise la FFP, il pourrait faire en moyenne 7 x 3 m pour une profondeur d’1 m 30 seulement. 

Des piscines innovantes. Attentifs à l'évolution de la demande, les professionnels rivalisent d'imagination pour répondre au mieux aux attentes des consommateurs, comme en témoignent les nombreuses innovations récompensées par les Trophées de la Piscine et du Spa qui viennent d'être décernés. Cette 14e édition met notamment en lumière les nouveautés adaptées aux espaces réduits et à certaines exigences budgétaires, avec des catégories à moins de 20 000 €, moins de 10 m2 et moins de 40 m2, tout en conservant les piscines d'exception, couloirs de nage...

Mieux équipées. Selon la FFP, si les Français préfèrent installer des piscines enterrées plus petites, ils privilégient des modèles plus fournis en équipements – nage à contrecourant, escaliers, balnéo intégrée, aquabike, jets de massage – pour répondre aux envies de toute la famille. L’esthétique n’est pas en reste, moins rectilignes, les bassins sont souvent le fruit de quelques prouesses architecturales. 

Evolutives. Bien plus qu'un simple équipement de loisir, la piscine est devenue un lieu de vie à part entière qui contribue également à mettre en valeur la maison ou le jardin. Un investissement plaisir donc que les piscinistes s’engagent à rendre pérenne avec le « Pool staging ». Autrement dit, la tendance qui consiste à remettre sa piscine au goût du jour et à la faire évoluer au gré de ses envies en renforçant ses fonctionnalités, son confort, ses performances énergétiques ou son esthétisme.  

 *La future norme, à usage volontaire, vise à classifier les performances environnementales des différents équipements entrant dans la composition d’une piscine : structure du bassin, pompe de filtration, réseau hydraulique, dispositifs de traitement de l’eau, de chauffage, d’éclairage, de nettoyage, couvertures, coffret de commande/gestion, etc. Elle permettra également de promouvoir les bonnes pratiques de durabilité (économies d’énergie et d’eau, réduction des déchets, du bruit…)

La piscine tient salon 
Comme chaque année la porte de Versailles se prépare à recevoir le salon de la piscine et du Spa. Vous n’avez pas encore toutes les réponses à vos questions ? Vous hésitez entre plusieurs procédés de fabrication ou de traitement de l’eau ? Vous souhaitez profiter de votre piscine toute l’année et réfléchissez à l’achat d’un abri ? Une visite s’impose.
Du 7 au 15 décembre, pisciniers, fabricants d’abris, d’aménagements extérieurs et d’équipements de bien-être vous invitent à venir découvrir leurs dernières innovations. Plus d’informations sur le site www.salonpiscineparis.com

 

Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure