Les Français n’éclairent pas bien leur maison

Publié par -

L’éclairage à l’intérieur des logements est essentiel. Il joue notamment un rôle clef sur le bien-être des individus. Pourtant beaucoup de Français ne sont pas encore suffisamment équipés. Décryptage avec l’étude Paulmann/OpinionWay.

Saviez-vous que sur le long terme une lumière non adaptée aura un effet sur votre corps ? Elle exigera de vous plus d’énergie pour rester performant, réduira vos capacités à vous relaxer en fin de journée ou à bien dormir la nuit. Entre le confinement, le couvre-feu et le développement du télétravail, les Français passent de plus en plus de temps à l’intérieur de leur logement. À cette occasion, ils semblent s’être rendus compte de l’importance que joue la lumière et l’éclairage dans leur confort au quotidien. C’est ce que révèle une enquête OpinionWay diligentée par le fabricant de luminaires Paulmann.

Travailler de chez soi. 40 % des sondés ont pris conscience de la nécessité de disposer d’un bon éclairage à la maison grâce au télétravail. Les résidents de l’Île-de-France apparaissent comme étant la population la plus impactée par ce double phénomène : recours au télétravail et manque de luminosité. Une grande majorité d’appartements parisiens sont équipés de petites fenêtres ne permettant pas suffisamment à la lumière de passer, surtout en hiver. Or la qualité de l'éclairage joue sur le niveau de concentration des salariés. Les professionnels recommandent une ambiance lumineuse vive et chaleureuse pour travailler sereinement. L’éclairage évolutif, qui s’adapte en fonction des besoins et des heures de la journée, séduit 46 % des sondés. Mais ils ne sont que 33 % à vouloir investir en matière de luminaires.

Payer moins. La motivation principale des Français pour changer leur éclairage ? Faire baisser leur facture d’électricité. Ils sont 48 % à l’avoir déclaré. Avec la crise sanitaire, les Français qui restent plus chez eux ont eu recours beaucoup plus que d’habitude à la lumière artificielle, notamment en cette période hivernale. Les prix de l’électricité ne cessant d’augmenter ces dernières années, certains ont vu des différences sur leur facture. Pour résoudre ce problème, 54 % des 35/49 ans se disent prêts à utiliser des luminaires moins gourmands en énergie.

Lumière intelligente. L’éclairage connecté gagne du terrain dans l’Hexagone, toutefois il ne semble pas encore devenu indispensable pour les Français. Les jeunes (25/34 ans) sont les plus sensibles aux luminaires et autres ampoules contrôlables à distance via un smartphone ou pilotables à la voix. 44 % d’entre eux se disent séduits contre seulement 23 % des 50/64 ans. Un chiffre qui descend pour les plus de 65 ans. Ces derniers ne se disent intéressés qu’à 15 % par ces nouvelles technologies.