Carrelage : gare à la pose !

Le carrelage représente la principale source de sinistres en maison individuelle. Un revêtement de sol qui est souvent mal posé. A la clé des réparations très coûteuses pour l’assureur.

 

Les revêtements de sol intérieur constituent toujours le point faible dans l’habitat individuel neuf. Ils représentent pas moins de 14 % des sinistres en 2016-2018, un chiffre en forte hausse par rapport à la décennie 2008-2018, selon la 14e édition de l’observatoire de la qualité de la construction.

Pose défectueuse. « Dans les maisons individuelles neuves où les sols sont généralement recouverts de carrelage, nous rencontrons souvent une insuffisance de joints dans la chape ou les carreaux », observe Catherine Labat, expert construction au cabinet Neoxa. « De plus, on constate de moins en moins de joints de fractionnement (NDLR : pour éviter la fissuration ou le soulèvement du support) quelle que soit la géométrie des pièces. Or, dans les constructions récentes, leur forme est rarement rectangulaire mais plutôt en L ou de formes plus complexes. Ce qui crée des fissures ». Ces sinistres sont également les plus coûteux en termes de réparations, soit plus de 19 % du coût total des désordres touchant les maisons individuelles. Ces constructions étant pour la plupart d’entre elles équipées d’un plancher chauffant, il faut alors remplacer non seulement le carrelage mais aussi la chape, les éléments chauffants, sans oublier l’isolant. Ce qui fait bien évidemment grimper la facture pour les assureurs.   

Les grands éléments en cause. Autre point noir de la sinistralité : les grands éléments utilisés pour la réalisation de la couverture. Si ces produits ne représentent que 4 % des sinistres sur la période 2016-2018, ils enregistrent toutefois une forte hausse sur la décennie 2008-2018. L’origine ? « Cette tendance peut s’expliquer par le développement des couvertures à faible pente comme le bac-acier (NDLR : panneaux de tôle d’acier rigidifié) dans l’architecture actuellement à la mode en maison individuelle au détriment des toitures traditionnelles à forte pente », analyse Jean-Louis d’Esparbès, expert conseil BTP chez Socabat.

Fondations à surveiller. Si les fondations sont sorties du classement des dix sinistres les plus répandus dans la maison individuelle neuve, elles représentent cependant le deuxième poste le plus coûteux en termes de réparations, soit près de 16 % du total. Un chiffre qui interpelle Catherine Labat : « Il faut maintenir la vigilance et l’information sur ce désordre ».

Un ouvrage clé pour la maison. Les fondations d’une maison font en effet partie des ouvrages essentiels car elles contribuent à la solidité de la maison. Réalisées en béton armé, elles doivent s’adapter à la nature du sol. Un constructeur sérieux doit confier à un bureau géotechnique une étude de sol qui définira la typologie du sol. Ces informations seront ensuite transmises à un ingénieur béton qui déterminera le type et le dimensionnement des fondations. Encore faut-il les réaliser correctement ! Que ce soit la qualité du béton ou le diamètre du ferraillage employé. Certaines entreprises ont tendance à utiliser un ferraillage d’une section plus petite pour économiser de l’argent ! 

Publié par
© construiresamaison.com -