La tuile terre cuite distingue la maison neuve

Publié par -

Le Grand Prix « La Tuile Terre Cuite Architendance » récompense les projets de construction qui utilisent la tuile terre cuite. Déclinée dans une teinte ardoisée et travaillée en facettes, elle permet cette année à la maison individuelle de briller par sa singularité architecturale.

Toujours très attendu, le palmarès de la cinquième édition du Grand Prix de la " Tuile Terre cuite Architendance " a été dévoilé le 12 décembre dernier dans un film diffusé via les réseaux sociaux sous l’égide du Réseau des maisons de l’architecture (RMA). Si le cru 2020 s’est, dans sa forme, temporairement éloigné du schéma traditionnel, il reste sur le fond animé des mêmes valeurs. « Les fabricants de tuiles sont très attachés à ce concours car il est un lieu d’échanges avec les architectes dont le regard et les attentes sont des sources surprenantes, décalées, innovantes et toujours intéressantes de réflexion de recherche et d’innovation », confirme Jean-Baptiste Fayet, président du Groupement des tuiliers de la Fédération française des tuiles et briques.

En quête de sens. Si les réalisations primées reflètent par leur diversité, la créativité de l’architecture actuelle, elles doivent aussi et surtout répondre à un impératif : celui du bien vivre ensemble. « Le jury a été sensible à des projets qui ne sont pas des gestes architecturaux mais qui sont dans une quête d’innovation et porteurs de valeurs d’usage nobles. Ces projets affirment la fonction primaire de l’architecture, celle de nous abriter », confirme Anne-Sophie Kehr, architecte et présidente du jury. Que ce soit en maison individuelle ou en logement collectif, les projets distingués par le jury sont porteurs de ces attentions.

Une sélection pointue. Trois critères ont ainsi été pris en compte par les membres du jury. L’ensemble des professionnels se sont penchés sur la mise en valeur de la tuile terre cuite et son originalité dans le traitement du toit/façade, scrutant le degré d’innovation dans la mise en œuvre et appréciant l’esthétique contemporaine de la réalisation. Ils ont également tenu compte de la démarche et de la créativité architecturale, soit la pertinence du projet, notamment sa réponse aux enjeux de la construction durable. Enfin le jury a intégré dans sa réflexion la qualité et la performance du projet qu’elle soit technique ou environnementale.

La Maison Diamant. Parmi les cinq prix décernés, celui de la maison individuelle est venu récompenser à l’unanimité le travail de l’agence MNM avec une réalisation familiale aux volumes généreux. L'ensemble est vêtu d'une carapace en tuile, de teinte ardoisée uniforme mais facettée, dont l'aspect change constamment suivant la luminosité et l'ensoleillement, les formes géométriques créant un jeu d'ombres. « La tuile compose une grande peau extérieure qui participe à la construction de la spatialité intérieure », souligne l’architecte. Et Anne-Sophie Kehr de compléter : « La carapace cache un jeu de dedans/dehors et compose un espace qui apporte une réponse à notre besoin d’avoir des seuils entre espace intime et espace public ».

Le lotissement également concerné. Autre exemple, le prix de la Catégorie Habitat Intermédiaire, décerné au programme de sept maisons à patio à Esnandes, près de La Rochelle, signé par l’agence FMAU qui compose un hameau masquant un lotissement banal. Les habitations aux plans variés sont organisées autour de patios conçus à la fois pour assurer un ensoleillement optimal aux logements, mais aussi pour garantir une intimité totale. La toiture et la tuile font la singularité du paysage. « C’est un projet qui dans sa simplicité apparente offre une complexité spatiale intéressante, illustrant aussi la capacité de la tuile à individualiser au sein du collectif », s’enthousiasme la présidente du jury. Et d’ajouter : « l’habitat intermédiaire est en effet un sujet d’actualité pour penser la densité intelligemment ».