Du neuf pour la tiny house

Publié par -

Très tendance aux Etats-Unis, la tiny house fait son petit bonhomme de chemin dans l’Hexagone. Ecologique, confortable et accessible, cette demeure aux petites dimensions propose un nouvel art de vivre. Gros plan sur l’un des pionniers français.

L’histoire commence au début des années 2000 aux Etats-Unis. Entre les ravages de l’ouragan Katrina et la crise des subprimes, de nombreux Américains ont perdu leur maison. La tiny house, que l’on peut traduire par maison minuscule, devient alors une véritable alternative pour beaucoup d’entre eux. En France, il faut attendre un peu pour voir ces micro habitations se développer. Ma Petite Maison, société savoyarde, créée en 2014 sera l’une des premières à se lancer dans le secteur.  

Confort moderne. Depuis le marché a beaucoup évolué. Aujourd’hui, nous sommes bien loin de la cabane en bois. Les tiny houses offrent un aménagement intérieur équivalent à une demeure traditionnelle (salle de bains, cuisine, chambre, salon...). « Les tiny houses actuelles sont de réelles maisons, tout confort, à taille humaine et apparaissent aussi bien pour des solutions temporaires que pour le long terme. Elles répondent à de vrais besoins de se loger dignement, tout en prenant en compte l’impact environnemental », déclare Arnaud Dugelet, qui a repris les rênes de Ma Petite Maison en 2020 avec son partenaire Côme Turillot.  

De nombreux atouts. Etudiants, jeunes couples de primo-accédants, personnes en situation de handicap... de nouveaux profils s’intéressent désormais à ces mini maisons de moins de 30 m². Et pour cause, écologique, moins énergivore et offrant un réel confort, la tiny house apparaît en phase avec les préoccupations environnementales et minimalistes actuelles. Elles répondent également à des enjeux de mobilité, puisqu’elles peuvent être montées sur roues facilitant leur déplacement. Mais la question du prix reste encore un problème pour beaucoup de ménages.  

Services. « Pour une tiny house livrée clés en main, comptez environs 50 000 €. Un chiffre qui grimpera jusqu’à 60 000 € avec des options et 70 000 € pour une version complètement autonome en eau et électricité. Les versions catalogue les plus accessibles commencent à 45 000 € », indiquent les co-dirigeants de Ma Petite Maison, devenus aujourd’hui des agrégateurs de projets. Afin de démocratiser ces petites maisons ultra-optimisées, les porteurs de projets ont besoin d’être bien conseillés. Et bien entourés : constructeurs, assureurs, financiers, accessoiristes... C’est le meilleur moyen de réduire les délais de construction et le prix.