Des maisons s’impriment en 3D béton

Publié par -

Avec la réalisation de maisons en impression 3D béton, Reims se fait l’écho d’un nouveau modèle constructif permettant d’accélérer la construction de logements sociaux, tout en maîtrisant la qualité du bâti et les délais. Découverte d’un programme ambitieux.

On savait l’impression 3D particulièrement prometteuse dans le secteur de la construction. La récente réalisation de cinq maisons destinées à la location et entièrement réalisées en mix impression 3D béton et éléments préfabriqués hors-site, au sein de l’Ecoquartier Réma’Vert© à Reims, est venue en confirmer tout le potentiel. « Le projet porté par le groupe Plurial Novilia, s’inscrit dans une dynamique à la fois sociale, économique et environnementale, explique son directeur général Alain Nicole et ambitionne de faire évoluer la construction de logements en France.» Si le processus ouvre de nouvelles perspectives, il a en effet vocation à certifier une technique de construction innovante et éco-responsable et à la rendre reproductible à travers un modèle économique particulièrement pérenne.

Ce projet associe béton bas carbone et matériaux biosourcés.

Une vocation sociale. Le projet Viliaprint© replace prioritairement les besoins et les aspirations des occupants au cœur de la construction. « Nous avons démontré que l’impression 3D était parfaitement compatible avec notre vision d’un habitat social de haute qualité architecturale, atypique, confortable et performant » détaille Jérôme Florentin, Directeur de la Maîtrise d’Ouvrage. Le programme est par ailleurs intégré à l’Écoquartier Réma’Vert©, dont l’ambition est de redonner un nouveau souffle au paysage urbain rémois en alliant innovation, qualité de vie et éco-responsabilité.

Les éléments de la maison sont préfabriqués en usine puis assemblés sur le chantier.

Un chantier durable. Avec l’impression 3D c’est le hors site qui gagne du terrain et fait valoir ses atouts. L’industrialisation du processus a considérablement écourté la durée du projet. Le montage sur site a pris à peine plus d’une journée pour une maison de plain-pied ! L’assemblage des murs préfabriqués en usine a aussi permis de réduire la pénibilité pour les équipes et les nuisances côté riverains. La qualité industrielle permet en outre un degré de précision supérieur limitant les erreurs de construction et les accidents de travail. Enfin, sur un plan environnemental, les déchets diminuent ou sont automatiquement recyclés dans le cadre d’une économie circulaire.

Un autre point de vue sur cette maison réalisée dans une logique de chantier propre et de faible empreinte environnementale.

Un concept prêt à être dupliqué. Le procédé ayant été certifié ATEx par le CSTB, « tous les freins semblent levés pour une adoption massive de ce système constructif par les acteurs du logement social, dans une optique de reproductibilité » se réjouit son Directeur Général. Plurial Novilia a d’ailleurs monté un dossier technique complet qui peut être mis à disposition de l’ensemble des bailleurs sociaux réunis au sein d’Action Logement qui souhaiteraient à leur tour développer des opérations similaires…Pour le moment, le prix est environ 25 % plus élevé que celui d’une construction traditionnelle, mais ce surcoût devrait baisser rapidement, ce concept étant appelé à gagner du terrain. Pour en savoir plus : www.plurial-novilia.fr