Crédit : cette opportunité à ne pas rater en 2023

Publié par -

Un prêt gratuit qui peut atteindre au maximum 138.000 € ? C’est le PTZ, la principale aide à l’accession à la propriété. Mais ne tardez pas pour en profiter : il doit s’arrêter à la fin de cette année !

PTZ : un acronyme de trois lettres pour Prêt à taux 0 %. C’est une aide à l’accession à la propriété qui prend la forme d’un crédit gratuit, avec zéro intérêt à payer (d’où son nom). Accordée par la grande majorité des banques, ce coup de pouce représente des milliers voire des dizaines de milliers d’€. Plus précisément, il compte pour 40 % du montant d’un projet de construction en zone A et B1 du dispositif (les grandes métropoles, la partie agglomérée de l’Ile-de-France, une parte de la Côte d’Azur). Ailleurs, en zones B2 et C (les villes moyennes et les communes rurales), il représente 20 % du montant du projet. Bref, c’est un bonus bienvenu. Mais pour en profiter, il ne faut pas tarder car le PTZ va s’arrêter fin 2023 et personne ne sait aujourd’hui s’il sera prolongé ou si une nouvelle aide sera mise en place…

Quels sont les avantages du PTZ ?

Utiliser le prêt à taux 0 % pour financer un projet de construction, c’est forcément une bonne affaire. Car on l’a dit, sa principale caractéristique, c’est d’être gratuit. Employé en complément d’un autre crédit (il ne peut pas financer l’intégralité de votre maison), le PTZ va réduire le coût global de votre financement. Autre avantage de cette à l’accession : son différé de remboursement. Une partie du PTZ se paie en tout ou partie après le crédit principal, ce qui baisse les mensualités et limite l’endettement du bénéficiaire. Par ailleurs, ce coup de pouce est constitutif d’apport personnel. De quoi vous aider à décrocher votre financement, aucune banque ne prêtant sans cet apport.

Comment bénéficier du PTZ ?

Les aides de l’Etat sont toujours accordées sous conditions. Le PTZ ne fait pas exception à la règle. Il est réservé à ceux qui n’ont pas été propriétaire de leur résidence principale durant les deux années qui précèdent la demande. Autre condition : vos revenus doivent rester en dessous de plafonds qui dépendent de l’adresse du projet et de la composition de votre famille. Dans une ville de la zone B2, une famille de quatre personnes ne doit pas gagner plus de 54 000 € par an pour en profiter. Il s’agit du revenu fiscal de référence de l’année N-2, soit celui de 2021 pour une demande déposée en 2023. Ce qu’il faut retenir : près de 80 % des Français peuvent profiter du PTZ.

Existe-t-il d’autres aides financières ?

Le PTZ n’est pas le seul coup de pouce financier disponible sur le marché. Si vos travaillez dans une entreprise de plus de dix salariés, vous pouvez peut-être profiter du Prêt Accession d’Action Logement. Attribué sous conditions de ressources (55 983 € par an pour un ménage de quatre personnes qui fait construire en zone B2 par exemple), son montant se chiffre à 40 000 € et surtout, son taux d’intérêt est imbattable puisqu’il s’établit à 0,5 % hors assurances ! Autre piste à explorer : les offres promotionnelles de certaines banques. Elles peuvent ainsi accorder des financements complémentaires de 15 à 30 000 € à des taux qui varient entre 0,5 et 1 %.

Cinq conseils pour emprunter

  • Vérifiez toujours si vous avez droit aux coups de pouce financiers.
  • Votre apport personnel doit compter pour au moins 10 % du montant du projet.
  • Envisagez votre financement de manière globale, en prenant tous les aspects de votre projet en compte.
  • Gardez des sous de côté en plus des remboursements pour faire face aux éventuels imprévus.
  • Préparez votre dossier à l’avance pour savoir si vous respectez les critères des banques.