Construction : des maisons très urbaines

Publié par -

Comment construire une maison en ville ? Quelles sont les règes et les principes à respecter pour créer une maison confortable et performante qui sait aussi préserver l’intimité de ses habitants ? Elements de réponse.

Construire en ville, c’est possible. Et c’est même tendance, à l’heure de la rationalisation du foncier et de la lutte contre l’artificialisation des sols. Mais attention : en milieu urbain, la construction de maison individuelle obéit à des règles strictes. Elle doit s’adapter à un petit terrain, certaines parcelles n’offrant qu’une centaine de mètres carrés. Les nuisances de chantier doivent être limitées, voisinage oblige. Il faut aussi se pencher sur l’accès au terrain. S’il faut transporter les matériaux à la main, la facture va s’envoler. L’étude de sol est systématique, les terrains en ville étant compliqués avec le passage de réseaux, la présence de remblais et de constructions voisines souvent situées en limite de parcelle.

Maison de ville : les bons plans

Classique, moderne ou traditionnelle, toutes les architectures sont possibles si les règles d’urbanisme et l’Architecte des Bâtiments de France le permettent. Côté conception, il s’agit de miser sur la discrétion pour créer une maison de caractère sans dénaturer le site. « Travailler sur un petit terrain est stimulant » explique David Lacroix, PD-G de Maisons Berval et Maisons Evolutions (Groupe Hexaôm), qui propose notamment des maisons de ville. « Il s’agit de créer des plans intelligents mais aussi de beaux volumes, avec possibilité de parties mitoyennes et en orientant les ouvertures de manière à éviter les vis-à-vis. »

La longueur de façade est réduite et tourne en général autour de huit à dix mètres, parfois moins. Pour gagner de l’espace, la maison se développe sur un, deux voire trois étages. Au rez-de-chaussée, on trouve les pièces à vivre, la cuisine, une chambre ou un bureau. A l’étage, on installe les chambres (elles peuvent être prolongées par une terrasse ou un balcon), une salle de bains, des W.-C, le dégagement au bout de l’escalier pouvant accueillir rangement ou coin informatique. Des combles aménageables pourront accueillir un bureau éclairé par des fenêtres de toit, ou encore un espace de jeux pour les enfants.

La construction se met au vert

Attention à la Réglementation environnementale 2020. Ce texte, qui régit la construction depuis janvier 2022, favorise l’architecture bioclimatique pour récupérer le maximum d’apport naturels. Pas évident à réaliser sur de petites parcelles avec une orientation contrainte. « Nous faisons le maximum pour créer de belles ouvertures, avec des baies vitrées ou encore des fenêtres de toit pour optimiser l’éclairage naturel, mais ce n’est pas toujours possible. Il faut parois compenser une orientation compliquée en isolant davantage, ce qui fait monter les coûts » note Quentin Bourdon, directeur général du groupe BDL.

Reste le jardin. Si le terrain est assez grand, pas de problème. En jouant de l’implantation de la maison et en respectant les distances réglementaires, on peut le créer… côté jardin, où encore ménager un petit espace vert devant la maison, côté rue. En matière de plantation, attention à respecter les distances avec les propriétés voisines. Autre possibilité : le toit-terrasse, véritable pièce de plein-air, qui offre beaucoup de convivialité tout en s’ornant de nombreux végétaux. Bien étudié, implanté sur une structure solide et recevant des plantes adaptées, il montre que la maison peut faire revenir la nature en ville !