Chauffage : la pompe à chaleur s’impose largement

Publié par -

Comme chaque année, Domexpo, leader des villages de maisons d’exposition en Ile-de-France, livre son Baromètre dédié aux énergies de chauffage les plus utilisées sur le territoire national et sur l’Ile-de-France

 Le choix du chauffage est important. Il conditionne le type d’énergie dans la maison (gaz, électricité, bois) et a des implications financières importantes. En collaboration avec Caron Marketing, Domexpo livre son baromètre annuel de la maison neuve consacré au chauffage. Cette année encore, la pompe à chaleur (Pac) et le chauffage gaz se partagent le marché. Mais plus pour très longtemps…

La pompe à chaleur survole le marché. La Pac, qu’elle soit simple service (elle n’assure que le chauffage) ou double service (elle prend en charge le chauffage et l’eau chaude sanitaire) est plébiscitée dans les maisons neuves en France (66 %) et en Ile-de-France (64 %). « Installée dans presque deux maisons neuves sur trois, la pompe à chaleur est prépondérante sur le marché de la maison neuve », confirme Daniel Lair-Lachapelle, président de Domexpo. Dans le précédent Baromètre Domexpo, la Pac représentait 55 % du marché sur le territoire national et 51 % pour la région francilienne.

Pourquoi un tel succès ? Economique et performante, la Pac répond au cahier des charges de l’actuelle Réglementation 2012. « Elle présente de nombreux avantages : elle est moins chère en consommation immédiate, plus respectueuse de l’environnement et ne nécessite qu’un seul abonnement électrique… », précise Daniel Lair-Lachapelle. Comment ça marche ? La Pac capte les calories naturelles dans le sol (géothermies) ou dans l’air (aérothermie) et les multiplie. Pour un kilowatt d’électricité consommé elle en restitue en moyenne quatre ! Le chauffage s’effectue classiquement par une boucle d’eau chaude. Et elle n’émet aucun gaz à effet de serre !

Le gaz se maintient. Le chauffage au gaz naturel gaz garde des adeptes, à la fois en France et en Ile-de-France. « Il arrive en seconde position des énergies de chauffage les plus utilisées en maison neuve », confirme Daniel Lair-Lachapelle. Ses atouts : les chaudières à condensation sont de plus en plus performantes, avec des rendements (rapport énergie produite sur énergie consommée) qui peuvent dépasser les 100 %. Elle est aussi deux à trois fois moins chère à l’achat qu’une Pac. Mais attention, la RT 2012 impose le recours à une énergie renouvelable. La chaudière devra être associée soit à un ballon thermodynamique, soit à des panneaux photovoltaïques.

Bientôt la fin du gaz. La Réglementation environnementale, RE 2020, va remplacer l’actuelle Réglementation thermique 2012 en juillet prochain. Une petite révolution ! Par le biais d’un seuil maximal d’émissions de gaz à effet de serre de 4 kg de CO2 par an et par mètre carré, le gaz naturel sera de fait exclu des modes de chauffage à employer en maison neuve. La priorité sera alors donnée aux pompes à chaleur, au bois, voire au solaire. Mais comme le signale Marie-Laure Charlot, cheffe de marché maison individuelle et lotissement chez GrDF, « il n’est pas explicitement interdit ». Et Daniel Lair-Lachapelle de prévenir : « Avec l’entrée en vigueur de la RE 2020, le 100 % gaz pourrait être amené à disparaître des logements neufs. Si cette disposition se confirmait, cela aurait un impact non négligeable sur les budgets des ménages accédants les plus modestes car dans les régions climatiques du nord de la France, la solution gaz reste à l’usage plus intéressante que l’électricité ».

Délai de grâce. Avant l’instauration officielle de la RE 2020, le gaz naturel reste envisageable pour se chauffer. Mais il faudra que la maison soit conforme à la RT 2012, donc que son permis de construire soit déposé avent le 1er juillet 2021. Rappelons que la RT 2012 fixe des plafonds de consommation d’énergie (50 kWh/m²/an, soit trois à cinq fois moins que l’ancien) impose une grande efficacité du bâti tandis que les parois vitrées doivent compter pour un sixième de la surface habitable.

Pour en savoir plus sur la RT 2012, c’est ici. Et pour comprendre la RE 2020, c’est là.