Architecture : la tuile au top

« La Tuile Terre Cuite Architendance » revient pour une quatrième édition ! Le concours, organisé par la Fédération française des tuiles et briques et le RMA, dans le but de réinventer et sublimer l’usage de la tuile est une nouvelle fois l’occasion de quelques belles prouesses. Découverte du cru 2018.

Mettre en avant la tuile terre cuite de façon inattendue et originale en couverture ou en façade. Tel est le défi lancé en début d’année aux architectes par les fabricants de tuiles terre cuite réunis au sein de la FFTB (Fédération française des tuiles et briques) pour la version 2018 du concours « La Tuile Terre Cuite Architendance ». Cette quatrième édition est organisée en partenariat avec le Réseau des maisons de l’architecture (RMA). Elle ne fait pas exception à la règle en réservant les premières places du podium aux projets où éloquence architecturale et préservation de l’environnement vont de concert.     

Faire preuve d’inventivité. Condition sine qua non pour espérer faire figurer son dossier sur le haut de la pile ? Satisfaire aux exigences d’un jury soucieux de valoriser à la fois le site et sa construction dans une démarche créative et respectueuse. Ainsi l’innovation dans l’utilisation de la tuile terre cuite, la modernité du geste architectural, l’originalité dans le traitement du toit ou encore l’intégration dans son environnement sont quelques-uns des critères pris en compte par les professionnels en charge de la sélection des projets.

Une architecture « bienveillante ». Un concours oui mais avant tout la volonté d’emmener les participants dans une réflexion poussée sur une architecture au service du cadre de vie des citoyens. Les projets récompensés portent des traits communs rappelle Jean-Baptiste Fayet, président du groupement des Tuiliers de la FFTB. « Ce sont des bâtiments qui privilégient une réinterprétation du vernaculaire plutôt que la recherche du spectaculaire. Ils sont conçus au service de leurs habitants plutôt que pour afficher un effet de style. Ils recherchent l’harmonie avec leur environnement plutôt que la rupture. »

Un matériau à la pointe de la modernité. Avec plus de 250 formes et 400 coloris disponibles, la tuile offre une très large palette d’expressions aux maîtres d’œuvre. Elle n’a cessé de se réinventer et a fini par investir de nouveaux espaces comme les façades ou les toits à faible pente. Mais l’engouement pour la terre cuite trouve aussi son origine dans la capacité du matériau à répondre aux enjeux environnementaux. « Pérennité dans le temps, être issue d’une matière première naturelle géo-sourcée renouvelable, être recyclable, ne pas émettre de COV… », souligne Jean-Baptiste Fayet.

Gros plan sur les deux prix décernés dans la catégorie maison individuelle

1er prix du concours
La tradition réinterprétée à Beaune. Alliant modernité et tradition, c’est une maison au volume unique et aux accents bourguignons mâtinés de moults détails contemporains (pas de débords de toit, pas de gouttières…) qui remporte le premier prix du concours (photo ci-dessous). La toiture à double pente est recouverte de tuiles terre cuite tout comme les façades pour assurer une belle continuité et moderniser l’ensemble. Un parti pris original qui confère à la bâtisse une évidente personnalité mais néanmoins avec suffisamment de discrétion pour valoriser le site tel qu’à l’origine et notamment le mur d’enceinte en pierre de Bourgogne couronné de pierres de lause.   

 

2e prix du concours
Un programme de maisons estivales en Vendée. Contrer l’ambiance austère d’un ancien parking grâce à un programme de maisons à l’ambiance estivale, voilà le projet qui a également obtenu les faveurs du jury (photo ci-dessous). Organisés autour d’une courette protégée favorisant la convivialité, trois maisons groupées et deux logements individuels déroulent des lignes fluides et minimalistes mises en valeur par l’emploi de tuiles canal rouges. « Nous avons joué avec le potentiel graphique des tuiles qui créent ainsi un jeu d’ombre sur la façade. Nous avons également détourné ce matériau en l’utilisant en modénature mais aussi dans les bancs et les boîtes aux lettres », détaille l’architecte Fanny Perrot.  

 

Publié par
© construiresamaison.com -