Maison neuve : à quoi sert l'étude thermique ?

L'étude thermique vérifie qu'une maison neuve est bien conforme à la réglementation thermique, la RT 2012. De nombreux critères sont contrôlés, comme la consommation énergétique de la construction.

Essentielle, elle est souvent méconnue des acquéreurs ! L’étude thermique permet en effet de vérifier que la maison construite sera bien conforme à la réglementation thermique actuelle, la RT 2012. La future construction doit respecter plusieurs critères : le besoin bioclimatique (Bbio), la consommation d’énergie primaire (Cep) et la température intérieure de confort (TIC). Sans oublier le recours à une énergie renouvelable ou à une solution alternative. Document obligatoire, cette étude thermique permet aussi d’optimiser la conception de la maison diminuant la consommation énergétique de la construction sans sacrifier le confort des habitants (Cf encadré : L’étude thermique pas à pas).

Diminuer les besoins énergétiques de la maison

La RT 2012 prend en compte la conception bioclimatique de la maison qui doit réduire au minimum les besoins en énergie nécessaires au chauffage, à l’éclairage et au refroidissement. Ce besoin, appelé Bbio, devant être inférieur à une valeur de référence, le Bbio max. Pour atteindre cet objectif, le constructeur dispose de plusieurs leviers. Il peut par exemple augmenter les surfaces vitrées exposées au sud pour maximiser les apports solaires et ainsi diminuer les besoins en éclairage artificiel (Cf Une étude thermique au crible). La RT 2012 impose d’ailleurs aux maisons neuves une surface d’ouverture représentant au minimum 1/6 de la surface totale de la maison.

Notre conseil : lors de l’élaboration des plans de votre maison, privilégiez une orientation allant de sud-ouest à sud-est pour les surfaces vitrées des pièces de vie comme la cuisine, le séjour si la forme de votre terrain et les règles d’urbanisme de la commune l’autorisent. Des fenêtres de toit vous permettront aussi de maximiser les apports lumineux si votre construction est par exemple mitoyenne.

Un sixième de la surface de la maison doit être vitrée conformément à la réglementation thermique, la RT 2012. Objectif : diminuer les besoins en éclairage artificiel.

Baisser les besoins de chauffage

La réduction des besoins en énergie passe aussi par la baisse des besoins en chauffage. Les pertes de chaleur ont été considérablement réduites depuis l’entrée en vigueur de l’actuelle réglementation thermique, la RT 2012. « Elles ont baissé de 30% par rapport à la précédente réglementation, la RT 2005, grâce au renforcement de l’isolation », note Thierry Perrin, directeur associé de Bastide Bondoux, bureau d’études thermiques. 

Notre conseil : pour limiter les besoins de chauffage, augmentez l’épaisseur des isolants utilisés. Cette option peu coûteuse pérennisera les performances de votre maison.

L'amélioration de l'isolation a contribué à la diminution de la consommation énergétique des maisons.

La ventilation mécanique contrôlée (VMC) qui renouvelle l’air intérieur en évacuant l’air vicié représente pas moins de 30% des pertes de chaleur de la construction.

Notre conseil : si votre budget le permet, optez pour une ventilation double flux qui récupère les calories de l’air intérieur pour réchauffer l’air entrant. Econome en énergie, cette solution améliore aussi la qualité de l’air car ce dernier est filtré avant son entrée dans la maison.

Une maison plus étanche à l’air  

Les pertes de chaleur peuvent être également diminuées par une meilleure étanchéité à l’air de la maison réalisée par différents corps de métier comme le plaquiste réalisant l’isolation, l’électricien. L’étanchéité qui fait l’objet d’un test réalisé avant la livraison de la maison au client doit être en effet inférieure ou égale à 0,6 m3/h.m². « Par rapport à la précédente réglementation thermique, la RT 2005, l’étanchéité a été divisée par deux, observe Thierry Perrin. Un bon résultat qui s’explique avant tout par les bonnes pratiques des sous-traitants qui effectuent un travail soigné. Un électricien qui perce des trous dans une cloison pour passer son alimentation ne doit pas oublier de les boucher ensuite pour éviter les infiltrations d’air qui dégraderaient l’étanchéité de la maison. »

L'amélioration de l'étanchéité à l'air de la maison permet de diminuer les entrées d'air parasite à l'intérieur baissant ainsi les besoins en chauffage.

Déterminer la consommation énergétique

Le Bbio déterminé, le bureau d’études thermiques calcule la consommation d’énergie primaire (Cep) nécessaire au chauffage, à la production de l’eau chaude, à l’éclairage, aux auxiliaires de chauffage (pompes), de ventilation (moteurs), sans oublier le refroidissement. Cette consommation devra être inférieure à une valeur de référence appelée Cep Max (Cf une étude thermique au crible). Une consommation qu’il est d’ailleurs possible dans certains cas d’abaisser grâce aux capteurs photovoltaïques. « L’énergie produite par ces capteurs implantés sur le toit sera déduite de sa consommation, explique Thierry Perrin. Cet équipement est en effet très utilisé dans les maisons utilisant le gaz pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire. » Selon cet expert, cette solution équipant 10% des maisons neuves devrait continuer à se développer dans les prochaines années.

Notre conseil : installez quelques capteurs photovoltaïques sur votre toiture si cette dernière est bien exposée. Compte tenu de la baisse des tarifs de rachat du courant d’EDF, vous avez tout intérêt à consommer l’électricité produite. Cette dernière couvrira les besoins de base comme le réfrigérateur, votre box grâce notamment aux batteries qui stockent l’électricité produite.

© Bastide bondoux

Protéger sa maison de la chaleur

Autre point à respecter : la température intérieure de confort (TIC) qui mesure le confort d’été. La Tic représente la température maximale qui peut être atteinte l’été pendant cinq jours consécutifs, cette Tic ne pouvant pas être supérieure à une valeur de référence, appelée Tic ref (Cf encadré Etude thermique au crible). Pour diminuer la Tic, plusieurs leviers peuvent être utilisés comme le choix des matériaux de construction. Des murs en béton disposent par exemple d’un temps de déphasage plus long que celui des murs en bois. Concrètement, la chaleur accumulée l’été dans les murs pendant la journée sera restituée progressivement la nuit quand la température extérieure sera plus basse, diminuant la sensation de chaleur dans la maison.

Notre conseil : « Il est possible d’installer des protections solaires sur les parois vitrées les plus exposées au soleil, observe Thierry Perrin. Il peut s’agir de brise-soleil à lames orientables, voire de volets roulants. Si possible, il faut prévoir la ventilation de la lame d’air située entre la protection solaire et la paroi vitrée pour éviter la montée en température. La RT 2012 peut aussi exiger, selon la localisation géographique de la maison, des protections intérieures comme des stores même si ces équipements sont d’une efficacité moindre. » Il est possible également de créer un « effet cheminée » par l’implantation de fenêtres au rez-de-chaussée et à l’étage qui s’ouvriront automatiquement pour évacuer l’air chaud.

Le système de chauffage devra être choisi après avoir déterminé le besoin bioclimatique de la maison.

Choisir le chauffage de sa maison

Le Bbio, la Cep et la Tic définis, il faudra ensuite choisir le mode de chauffage et la puissance la mieux adaptée aux besoins de la maison. « Avec la RT 2012, la consommation énergétique des maisons a été divisée par deux, rappelle Thierry Perrin. Un gain que l’on doit essentiellement aux systèmes de chauffage qui sont plus économes en énergie. » Pompe à chaleur récupérant les calories de l’air extérieur, chaudière gaz à condensation, solution hybride mariant les deux technologies, poêle à granulés, les technologies ne manquent pas ! A noter que certaines solutions sont mieux valorisées que d’autres par la RT 2012. Le chauffage bois autorise 30% de consommation de plus, une prime aux énergies renouvelables.

Notre conseil : privilégiez un chauffage dit boucle à eau chaude. Composé d’un plancher chauffant ou de radiateurs où circule de l’eau chaude, il vous offre une certaine souplesse. Vous pouvez en effet changer de générateur de chaleur si le prix des énergies s’emballe dans les années à venir. Une chaudière gaz à condensation peut être en effet facilement remplacée par une pompe à chaleur et réciproquement. Des travaux seront par contre plus conséquents si vous voulez remplacer votre poêle à bois par ce type de chauffage !

Le mode de production de l’eau chaude sanitaire sera lui aussi défini. Le chauffe-eau thermodynamique – un ballon récupérant la chaleur de l’air extérieur pour chauffer l’eau – figure parmi les produits les plus utilisés par les constructeurs. La VMC sera également choisie. C’est bien souvent la VMC simple flux hygro B qui est la plus répandue. Le débit d’extraction de l’air de l’installation est en effet modulé selon la teneur en humidité de la maison qui témoigne de la présence de personnes dans la maison.

Etude thermique : le juste prix
Certains prestataires proposent des études thermiques pour des maisons individuelles pour moins de 100 €. Méfiez-vous car ces prestations ne sont pas fiables.Vous risquez d'avoir une étude non conforme à la réglementation thermique, la RT 2012. A la clé, une consommation énergétique qui sera supérieure aux exigences réglementaires et entraînera une facture élevée. 

L’étude thermique pas à pas
Lors du dépôt de votre demande de permis de construire, vous devrez joindre une attestation de prise en compte de la réglementation thermique, la RT 2012. Réalisée par le bureau d’études thermiques du constructeur (BET), une étude thermique restreinte calculera le Bbio (besoin bioclimatique) de votre maison qui sera transmis au site du Meedat, ancien ministère du logement. Si cet indicateur est conforme à la loi, vous obtiendrez votre attestation. « Généralement, nous vérifions également la consommation énergétique primaire de la maison (Cep) selon le mode de chauffage choisi par le client même s’il n’a pas encore choisi toutes ses prestations », raconte Thierry Perrin, directeur associé de Bastide Bondoux, bureau d’études thermiques.
Etude thermique complète. Le permis de construire obtenu, une étude thermique complète sera ensuite réalisée par le BET, soit 600 € environ pour les deux études thermiques. Ce dernier se servira de sa bibliothèque technique alimentée par les différentes simulations réalisées avec les modèles du constructeur : surface habitable, implantation, mode de chauffage utilisé… Le BET aura ainsi à sa disposition toutes les caractéristiques techniques des isolants, fenêtres, modes de chauffage et production d’eau chaude sanitaire pour effectuer les différents calculs exigés par la RT 2012.
Conception optimisée. « Parfois, nous sommes intégrés en amont du projet du client dès que l’esquisse et les plans de la maison sont définis, rappelle Thierry Perrin. Nous optimisons alors la conception de la maison. Nous définissons la performance des murs, des isolants, des menuiseries… » En optimisant la conception de la maison, le bureau d’études thermiques peut diviser la consommation énergétique de l’acquéreur par deux, voire par trois par rapport à une étude thermique classique. A la clé des économies sur sa facture !

Publié par
© construiresamaison.com -

Vous avez un projet de construction ?
Recevez gratuitement par e-mail le Guide de la Construction et des exemples de projets avec terrain en indiquant le lieu où vous souhaitez faire construire :

Nous avons bien enregistré votre recherche. Nous vous transmettrons les offres dans votre secteur au fur et à mesure.