Santé : la qualité de l'air négligée en maison neuve

La qualité de l'air intérieur est le parent pauvre de la maison neuve. Une réglementation jugée obsolète par les industriels freine le développement d'innovations améliorant l'air que nous respirons.

La qualité de l’air dans l’habitat est loin d’être une priorité pour le législateur. Alors que l’air à l’intérieur du logement est plus pollué que celui de l’extérieur en raison de l’accumulation du CO2 et des composants organiques volatils contenus dans les meubles neufs et les produits ménagers, les innovations des industriels de la ventilation comme Atlantic ou Aldès ont pourtant du mal à percer. Pourquoi ? Les raisons sont multiples.

La suprématie des économies d’énergie. Créée dans le sillage du premier choc pétrolier qui a vu le prix du pétrole flamber en 1973, la première réglementation thermique a eu pour objectif de baisser la consommation énergétique des maisons neuves pour diminuer la facture des ménages. Les réglementations successives ont toujours renforcé ces exigences négligeant la santé des occupants. Les consommations ont été ainsi divisées par quatre entre la précédente réglementation thermique, la RT 2005 et l’actuelle, la RT 2012.

Un cadre réglementaire dépassé. La réglementation concernant le renouvellement de l’air des logements freine également l’arrivée de produits performants sur le marché. A l’image de la ventilation mécanique contrôlée par insufflation, appelée VMI. Développée par Ventilairsec, cette technologie filtre et préchauffe l’air extérieur pour insuffler de l’air sain, débarrassé des particules de pollution et autres pollens présents dans l’atmosphère. Adoptée par le constructeur de maisons Trecobat, cette innovation qui sera intégrée dans sa gamme de maisons à ossature bois, aura néanmoins des difficultés à se développer. La société pointe en effet du doigt une réglementation « obsolète et incontournable ». Deux arrêtés des lois de 1982 et 1983 obligent à associer dans les pièces humides à la VMI un système d’extraction mécanique jugé par Trecobat « inutile mais réglementaire ». Conséquence : un système plus complexe et plus coûteux. Mais le constructeur espère changer la réglementation en obtenant la révision de ces arrêtés.

Les économies d’énergies non valorisées. Le développement de ces filtrations d’air est aussi entravé par la réglementation thermique actuelle. La RT 2012 ne valorise pas suffisamment ces systèmes qui contribuent pourtant à la performance thermique de la maison. En insufflant de l’air chaud, ils diminuent en effet les besoins en chauffage réduisant ainsi la facture énergétique des propriétaires de la maison. C’est le cas notamment de la ventilation mécanique double-flux qui récupère les calories de l’air vicié pour réchauffer l’air entrant. Ces produits étant pénalisés par la RT 2012, les constructeurs ne sont pas incités à les installer dans leurs maisons. Vendus en faible quantité, ces produits performants ne sont pas fabriqués en quantité suffisante pour faire baisser leur prix, réservant ainsi leur accessibilité aux propriétaires disposant d’une enveloppe financière conséquente.

Publié par
© construiresamaison.com -