Maison : qui fait construire ?

Un couple plutôt jeune, qui gagne 3.000 EUR par mois et qui consacre 230.000 EUR à son projet de construction en empruntant sur 24 ans : c'est le portrait-robot de l'accédant à la propriété tel que le dresse une étude de l'Observatoire de la maison créé par le GeoxiaLab.

 Le constructeur de maisons individuelles Geoxia a lancé, mardi 28 février, un observatoire de la maison individuelle dans le cadre du GeoxiaLab. Réalisée à travers l'analyse d'un échantillon de 34.000 projets de construction réels, observés sur une période de près de 20 ans, leur étude s’appuie sur des données issues des clients de Geoxia. L’objectif ? « Appréhender plus finement le marché et ses consommateurs et en identifier les évolutions », indique Olivier Hervio, président du GeoxiaLab et du groupe Geoxia.

Quid du primo-accédant ? Parmi les premiers enseignements à retenir, notons qu’entre 2014 et 2015, 96,5% des ménages qui ont fait construire leur maison via Geoxia sont des primo-accédants. Rien d’étonnant néanmoins, puisque le groupe s’est toujours fait fort  de rendre l’accession à la propriété possible pour le plus grand nombre.  Ces jeunes acheteurs ont en moyenne 36 ans, des revenus mensuels d’environ 3.000 €, et les trois quarts d’entre eux sont ouvriers ou employés. La principale évolution à noter sur 20 ans ? La part de couples a diminué de près de 7% depuis 1997 pour atteindre 76,5%.

Hausse du budget total. « Les familles Geoxia » envisagent des projets immobiliers d’une valeur totale de 230.000 €, se divisant comme suit : 78.000€ pour le terrain, 121.000 € pour la maison et 33.000 € de frais divers et variés. Depuis 20 ans, relève l’étude, on observe une forte hausse du budget total des projets immobiliers (+53%). Bien que l’augmentation soit plus mesurée ces dernières années, on notera également que la part du prix du terrain dans le projet global a largement augmenté (+8,9 %) et représente près du tiers du budget en 2014/2015.

Des terrains plus petits. En 2014/2015, les terrains ont une surface de 659 m² pour un coût moyen de 78.000 € (118 €/m²). Les acheteurs choisissent un lotissement dans 60% des cas et acquièrent leur terrain avant d’y faire construire leur maison dans 5% des opérations. Depuis 1997, on constate cependant que la valeur des terrains a presque doublé (+86,6%), alors que leur surface a fortement diminué, -25,1% en 20 ans (soit une réduction de 220 m²), ce qui reflète l’explosion du coût au m² (+151%) qui est passé de 47 € à 118 €/m² sur la même période.

Une maison plus compacte. En moyenne, la maison de 2014/2015 s’étend sur 96,2 m², compte 3,3 chambres et ne dispose pas de garage intégré dans un cas sur deux. Elle est quasiment toujours rectangulaire (94%) et présente une toiture à deux pans (94%).  Les principales évolutions résultent de la mise en œuvre de la RT 2012. On observe ainsi que le prix moyen des maisons a progressé de 11.000 € entre 2010 et 2014/2015 pour atteindre 121.000 €. Nouvelles normes obligent, les maisons aujourd’hui coûtent en effet en moyenne 8 à 15% de plus que celles qui relevaient de l’ancienne réglementation, la RT 2005.

Un financement aidé. Pour payer leur projet, les familles disposent d’un apport personnel moyen de 32.000 € (soit 13,5% du prix total, contre 26,5 en 2007) et ont recours à un emprunt à hauteur de 198.000 €. Si l’on s’en réfère à l’étude, les prêts réglementés jouent à plein leur rôle et constituent 56% du financement total en 2014/2015, contre 28% en 2007. Véritable accélérateur de projets, le PTZ a été reconduit pour cette année. Cette aide créée par l’Etat a profité à plus de 120.000 familles en 2016. Deux fois plus qu’en 2015. Constitutif d’apport personnel, il compte pour 40% du montant du projet.

Publié par
© construiresamaison.com -

Vous avez un projet de construction ?
Recevez gratuitement par e-mail le Guide de la Construction et des exemples de projets avec terrain en indiquant le lieu où vous souhaitez faire construire :

Nous avons bien enregistré votre recherche. Nous vous transmettrons les offres dans votre secteur au fur et à mesure.