Elections : quel impact sur la maison ?

Tout nouveau président de la République, Emmanuel Macron compte prendre de nombreuses mesures concernant le logement et l'immobilier. Quelles sont celles qui visent les candidats à la construction d'une maison ?

A nouveau président, nouveau programme pour le logement. Avec l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, l’adage reste plus que jamais d’actualité. De fait, son programme comporte de nombreuses mesures qui, directement ou indirectement, pourraient impacter à court, moyen ou long terme les projets de construction des particuliers. Décryptage pour vous aider à prendre les bonnes décisions.

Taux d’intérêt : toujours bas. Avec Emmanuel Macron, la France reste dans l’Europe et conserve l’euro. Il compte engager des réformes économiques, ce qui rassure les marchés financiers. Du coup, vous allez continuer à bénéficier de taux immobiliers très bas. C’est d’autant plus vrai que la Banque centrale européenne (BCE) conserve sa politique accommodante de distribution d’abondantes liquidités à taux nuls. Rappelons que le taux moyen hors assurances pour les prêts sur vingt ans s'établit à 1,80% au 12 mai 2017, contre 1,90% un an auparavant.

PTZ : maintien temporaire. Le PTZ, un crédit gratuit qui aide les ménages à acheter leur première résidence principale, s’arrête à la fin de 2017. Il a toutes les chances d’être prolongé en 2018. Les conseillers logement du nouveau président l’ont d’ailleurs confirmé à nos confrères de BFM Business. Une décision logique : l’an dernier, le PTZ a permis à plus de 100.000 familles de devenir propriétaires. Pour les années suivantes, Emmanuel Macron mise sur une hausse massive de l’offre de logements pour faire baisser les prix et débrancher le PTZ.

Aides au logement : fin programmée ? Dans son programme, Emmanuel Macron pointe le coût des aides au logement, qui comptent pour plus de 18 milliards d’euros par an. Il souhaite rationaliser la dépense publique et certains dispositifs pourraient disparaître dans les prochaines années. Reste à savoir si l’Aide personnelle au logement, que les souscripteurs d’un Prêt à l’accession sociale (PAS) ou d’un Prêt conventionné (PC) perçoivent actuellement sous conditions de ressources, sera concernée.  

Normes techniques : moratoire. Pour faciliter la construction, Emmanuel Macron compte bien mettre un coup d’arrêt à l’inflation de normes techniques (plus de quatre mille actuellement) qui frappe le bâtiment. Celles qui sont déjà engagées (Réglementation Energie Carbone 2018, Réglementation bâtiment responsable 2020 notamment) entreront en vigueur. De nombreux constructeurs planchent d’ailleurs sur ce sujet. La décision du nouveau président n’aura pas d’impact sur votre projet de construction.

Taxe d’habitation : exonération. Jugeant cette contribution injuste, Emmanuel Macron compte mettre en place une exonération qui concernerait 80% des Français. Seuls les 20% les plus aisés continueraient à la payer. Cette mesure entrerait progressivement en vigueur à partir de 2018. La très grande majorité des particuliers qui font construire perçoivent entre deux et quatre Smic. Ils seraient ainsi les grands bénéficiaires de cette exonération. De quoi leur permettre de consolider leur budget et de sécuriser les remboursements de leur crédit.

Emploi : priorité aux CDI. Le nouveau président souhaite faciliter les embauches en Contrat à durée indéterminée (CDI). Une très bonne nouvelle : les banques, pour accorder un prêt, donnent la priorité aux emprunteurs dont la situation professionnelle est stable, ce qui favorise les titulaires d’un CDI. Rappelons que pour les autres types de contrat de travail (CDD notamment), la banque va examiner les trois dernières années de revenus (trois derniers mois pour les CDI). Pour en savoir plus sur cette question, voir notre dossier sur le crédit immobilier.

Publié par
© construiresamaison.com -